Rembrandt et son école : Collections du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg PDF

Avec tant d’œuvres d’art inestimables rassemblées pendant trois siècles dans ce musée de classe mondiale, ce fut une occasion unique de visiter la Russie et de voir un tel patrimoine mondial.


ISBN: 2711845818.

Nom des pages: 244.

Télécharger Rembrandt et son école : Collections du musée de l’Ermitage de Saint-Pétersbourg gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Il est des collections qui font rêver. Depuis le XVIIIe siècle, l’ensemble des tableaux de Rembrandt et de son école conservé au musée de l’Ermitage est considéré comme l’un des plus importants au monde. Ce fonds unique, essentiellement constitué par l’impératrice Catherine II, n’a cessé de fasciner peintres et voyageurs européens, écrivains et poètes russes. Gerrit Dou, Salomon Koninck, Jacob Backer, Govaert Flinck
Willem Bartsius, Jan Victors, Ferdinand Bol, Gerbrand van den Eeckhout, Jan van Noordt, Samuel van Hoogstraten, Roelant Roghman, Christoph Paudiss, Jurgen Ovens, Willem Drost, Carel van der Pluym, Nicolaes Maes et Arent de Gelder : trois générations d’artistes fréquentèrent l’atelier de Rembrandt ou empruntèrent sa voie. La communauté des thèmes et la grande qualité de leurs tableaux rendent passionnante la question de l’attribution des œuvres au maître ou à ses disciples. Au-delà de la vocation commerciale d’un atelier qui permettait de répondre aux commandes, Rembrandt semble s’être attaché à former les jeunes artistes qui le rejoignaient. Le maître hollandais jouissait d’une solide réputation de pédagogue et encourageait les talents individuels, donnant ainsi naissance à une école singulière. Outre la liberté de l’exécution et l’emploi si caractéristique du clair-obscur, les anciens élèves retinrent de leur maître quelques sujets de prédilection, les scènes bibliques ou encore les portraits d’une grande profondeur psychologique. Pour autant, ces artistes prirent au fil des années leur distance vis-à-vis des leçon
de Rembrandt afin de se forger une identité propre, e
ainsi à écrire l’une des pages les plus riches de la peinture hollandaise en son Siècle d’or

Des histoires sur des thèmes humains universels comme le deuil, la célébration, ou. La Russie n’a pas servilement copié l’Europe, dit le film, à l’Ermitage; au contraire, il chérissait l’art et la culture européenne, de Wedgwood à Voltaire, plus passionnément que les Britanniques ou les Français. La dernière et la plus grande salle de l’exposition tente d’être plus informative sur le cours de la vie de Peter.

Il y a un nombre copieux d’art moderne, allemand et romantique et d’autres art des 19ème et 20ème siècles qui peuvent également être vus. Le grand maître du Rococo au milieu du 18ème siècle était François Boucher, un peintre à la mode, populaire auprès de l’aristocratie. La salle doit son nom aux images des blasons et des emblèmes héraldiques de toutes les provinces de Russie qui figurent sur les plaques attachées aux lustres. Nous sommes tellement habitués à voir des images impressionnistes éclaboussées de parapluies aux serviettes de bain qu’il est difficile de concevoir à quel point leur travail était radical et révolutionnaire et comment les critiques et le public réagissaient avec dédain aux peintures comme celles des murs avant. nous.